Action pro-réfugié surprise du collectif Migrations Libres à la Médiacité

C'est une action symbolique qui s'est déroulée mercredi à la Médiacité de Liège hier. Le collectif de soutien envers les réfugiés « Migrations Libres » manifestait pour de meilleures condition d'accueil pour les réfugiés. Une action qui s'est déroulé la semaine du vingtième anniversaire du centre fermé de Vottem.

 

Il était midi, ce mercredi, quand le collectif a déployé une banderole de six mètres de long au deuxième étage du centre commercial de Liège. Une vingtaine de personnes chantaient, scandaient des slogans au milieu des clients. Une habitude selon Thierry Muller, coordinateur de l'association de fait Migrations Libres.

"C'est une action comme on aime bien en faire, c'est-à-dire dans l'espace public et de façon désordonné. On prévient pas trop de notre arrivée. On essaye de toucher Monsieur et Madame Tout-le-monde et on est chaque fois surpris de l'accueil des gens, notamment ceux présents dans la Médiacité, qui a été très positif. On a été applaudi à la fin"

Le collectif, né en février 2018, s'était déjà fait remarqué avec une opération des les transports en commun de la cité ardente. L'action de mercredi a duré une dizaine de minutes. L'objectif était de faire réagir sur les conditions d'accueil des réfugiés en Belgique. En cause: les centres fermés comme celui de Vottem. "Le centre fermé de Vottem, et les autres centres fermés de Belgique nous posent de très nombreux problèmes" explique Thierry Muller. "On enferme pas des gens dans des prisons sous prétexte qu'ils migrent. Les centres fermés n'ont aucune légitimité. Pour nous c'est important de mettre en avant que non-seulement il faut accueillir les gens qui sont dans l'immigration contrainte, mais que nous considérons que l'immigration est un apport pour l'humanité."

Migrations Libres continuera de propager son message ainsi que son combat dans la cité ardente. Au quotidien, le collectif oeuvre déjà en hébergeant les immigrés dans le besoin. Le groupe espère d'ailleurs trouver un  centre d'hébergement fixe prochainement.

                                                                                                                                                                                                                                                     Antoine Dazin