Edit-a-thon : les femmes belges à l'honneur

Un marathon d’édition (ou edit-a-thon) Wikipédia dédié aux femmes belges et liégeoises aura lieu samedi à la Bibliothèque des Chiroux. Inspiré de projets similaires aux Etats-Unis ou encore au Canada, ce workshop part du constat que les femmes de notre histoire manquent de représentation sur internet. Des citoyennes tentent d’inverser la tendance en rédigeant les biographies de femmes inspirantes.

Les premiers edit-a-thons féministes emergent en 2015 aux Etats-Unis. Le mouvement s’intitule « Women in Red » (les femmes en rouge) et désigne toutes ces femmes au nom coloré de rouge car introuvables sur l’encyclopédie collaborative. En France, les sans pages organisent des ateliers d’édition du même genre.

Le collectif bruxellois « Just for the Record » tente également de réduire l’écart de représentation entre hommes et femmes. Sarah Magnan, membre du collectif, identifie plusieurs raisons à cette problématique.

« Il y a moins de femmes qui contribuent à l’encyclopédie Wikipédia. Il y a aussi moins d’articles sur les femmes. Ce qui pose un problème de source. Et quand il y en a, c’est souvent écrit différemment que pour les hommes. C’est-à-dire que l’article commence souvent par une description du style « moins connue que son frère ou que son père ». Les femmes sont représentées différemment. De plus, les articles Wikipédia dédiés aux femmes ne sont pas du tout reliés à d’autres articles contrairement aux articles sur des hommes qui, eux, forment un réseau soudé. Ce qui fait qu’on arrive très rarement sur les pages Wikipédia de femmes. Ce qu’on propose dans nos workshops, ce n’est pas tellement d’éditer un article entier. C’est déjà de changer et/ou de rajouter des choses sur pleins de petits articles déjà existants ».

Une triple collaboration

Vu son expérience, le collectif « Just for the Record » a été invité par la bibliothèque des Chiroux pour organiser une version liégeoise d’un edit-a-thon féministe. Le groupe féministe Be Cause Toujours sera également présent lors du workshop. Annelore Eloy, bibliothécaire des Chiroux et organisatrice de l’évènement, s’occupe d’un rayon consacré à l’histoire des femmes et au féminisme notamment. Son but est de faire vivre les sources dont la bibliothèque dispose.

« On est plusieurs collègues à avoir tenté de relever à chaque fois qu’on parlait de femmes qui avaient vraiment fait des choses intéressantes mais qu’on ne retrouvait pas sur Wikipédia. Et puis on a épluché chaque entrée du dictionnaire des femmes belges – de Eliane Gubin – en vérifiant à chaque fois si on trouvait des sources pour compléter. Donc on va proposer cette liste là aux participants. Ils pourront choisir à l’intérieur de la liste selon leurs goûts personnels. On va tenter de privilégier les femmes liégeoises pour l’aspect local. La visée de cette activité est d’utiliser toutes les ressources possibles de la bibliothèque (livres, articles de périodiques ou les bases de données) ».

Le projet devrait s’élargir et devenir un événement récurant. Pour les intéressés, n’hésitez pas à contacter la Bibliothèque des Chiroux afin d’y participer ou de faire partie des listings pour une prochaine date.