La troupe « L'Appétit des Indigestes » transpose la folie mentale sur les planches

Mercredi 19 décembre se jouait la pièce de théâtre "L'homme d'onze heure moins le quart" à l'hôpital du Petit Bourgogne de Cointe. Elle est la première pièce d'une trilogie présentée par la troupe L'Appétit des Indigestes.
 

Beaucoup s'étaient donnés rendez-vous à l'hôpital du Petit Bourgogne ce mercredi soir. Parmi le public, des membres du personnel hospitalier, des patients mais aussi des habitants du coin. Le but : se rassembler autour de la folie, un thème encore assez mal vu par le grand public.

Dans la pièce de théâtre "L'homme d'onze heure moins le quart", le personnage de Pierrot raconte sa vie. Pendant une heure, il s'interroge sur la limite entre folie et normalité. De ses séjours en hôpital psychiatrique aux voix qu'il entend dans sa tête, aucun sujet n'est épargné. La folie est abordée sous tous les angles et sans tabous. Un thème qui est loin d'être choisi au hasard car la compagnie théâtrale L'Appétit des Indigestes en a fait son cheval de bataille.

Né en 2013, le groupe est à la base un atelier de théâtre dans les services de santé mentale de La Gerbe à Schaerbeek. Après plusieurs rencontres et discussions entre Sophie Muselle (psychologue, dramaturge, metteuse en scène), Charles Burquel (psychiatre) et Pierre Renaux (comédien belge qui a une expérience interne de la psychiatrie), la compagnie théâtrale voit le jour. Pour Sophie Muselle, la but était "d'avoir une troupe qui ne soit pas du tout stigmatisée mais que tout le monde puisse venir avec sa propre histoire et la partager."

La compagnie théâtrale "L'Appétit des Indigestes"

En tout, L'Appétit des Indigestes a créé 3 pièces de théâtre autour de la folie. Une trilogie qu'il est intéressant de jouer au sein même de l'hôpital pour le docteur Marc-André Domken, psychiatre et directeur de l'intercommunale ISOSL santé mentale sur Liège : "La maladie mentale n'est pas quelques chose de sinistre. On a toujours l'impression que les hôpitaux psychiatriques sont épouvantables, que ça fait peur mais, en réalité, il y a énormément de créativité. Les personnes qui souffrent de maladie mentale ont beaucoup de choses à apporter. Et cette troupe en est le parfait exemple."

Les deux prochaines pièces auront lieu les mercredis 20 mars et 12 juin 2019, toujours à l'hôpital du Petit Bourgogne. Après avoir traité de la folie d'une personne dans "L'homme d'onze heures moins le quart", la troupe évoquera la folie au sein d'une institution psychiatrique dans "Eux" et au sein de la société dans "Anosognosies."

Plus de renseignements sur le site de www.ISOSL.be.

 

Si vous désirez écouter le reportage dans notre journal, le podcast du StudioBus est juste ici.