Le mouvement « 1h pour ma ville » se mobilise dans la Cité Ardente

Ce dimanche 16 décembre avait lieu la 2ème édition de 1h pour ma ville dans la Cité ardente, un mouvement citoyen qui rassemble une fois par mois des bénévoles pour nettoyer les rues.

Créé par David Samin à l'automne 2017, le mouvement s'est depuis propagé dans toute la Wallonie. À Liège, c'est Julian Huls qui gère l'événement. Après avoir participé au World Clean Up Day le 15 septembre dernier, Huls a voulu renouveler l'expérience. En à peine une après-midi, sa compagne et lui ont récolté plus de 20 sacs de déchets. Repéré par Samin sur les réseaux sociaux, le liégeois a tout de suite adhéré au mouvement : «Le principe de consacrer une heure est bien. Les gens n'ont pas toujours une journée à mettre mais en 1 heure, ils ont l'impression d'avoir fait quelque chose de bien et ils ont le reste de la journée pour faire ce qu'ils veulent. »

Julian, Anaïs et Stéphanie : les 3 bénévoles liégeois de ce dimanche 16 décembre.

Le 18 novembre, la première édition avait rassemblé une dizaine de bénévoles. Ce weekend, plus d'une quarantaine de personnes étaient attendues au pont-levis Marcotti dès10h. Cependant, à cause de la neige tombée dans la nuit du samedi au dimanche, ils n'étaient finalement que 3 au rendez-vous.

Un petit chiffre qui n'a refroidi la bonne humeur des bénévoles. Armés de gants, pinces et sacs poubelles, ils se sont livrés à une sorte de chasse au trésor version déchets à travers la neige. Pour Stéphanie Paul, l'une des participantes, la motivation était plus forte que le froid : « Ça fait un moment que je voulais participer à un truc de ce genre parce que je suis lassée de voir des déchets trainer un peu partout en ville. J'étais vraiment super enthousiaste de participer à ce genre d'action. »

Au bout de l'heure, ce ne sont pas moins de 3 sacs qui ont été remplis. Parmi les trouvailles : des vieilles VHS, des cannettes et emballages de fast food en tout genre et même un matelas !

Pour Julian Huls, le bilan est positif : « Le blanc rend propre mais la satisfaction est quand même là pour avoir ramassé les déchets apparents. On voit bien que, même avec la neige, une ville reste à nettoyer. » Stéphanie Paul ajoute : « C'est un peu frustrant à cause du temps mais c'est important de rester motivé et de continuer la publicité sur le groupe pour avoir de plus en plus de participants et une ville de plus en plus propre. »

Ce dimanche, plus d'une vingtaine d'actions de nettoyage étaient menées à travers toute la Wallonie. Si vous désirez trouver plus de renseignements sur ce mouvement, il existe le groupe Facebook 1h pour ma ville et plusieurs groupes subsidiaires au nom de différentes communes.

 

Pour réécouter le reportage dans notre journal, le podcast du StudioBus est disponible juste ici.